Accéder au contenu principal

Nouveaux travaux de conservation et de restauration des peintures murales de Bonampak


Dans un bulletin publié récemment, l’INAH a annoncé la fin des travaux de conservation et restauration entrepris depuis 2009 dans les trois chambres de la Structure I de Bonampak. Les conditions de conservation de ces oeuvres datant d’il y a mille deux cents ans ont souvent mis les nerfs à l’épreuve des conservateurs et restaurateur de la vénérable institution depuis leur découverte il y a 70 ans par l’explorateur étatsunien Giles Healey et son guide lacandon Chan Bor.


Peintures murales de la Chambre 3, Bonampak, Chiapas
Photo : Mauricio Marat / INAH.


Haydeé Orea, directrice du projet de conservation des peintures murales et coordinatrice de de la section de conservation du Centre INAH Chiapas, avait proposé une approche novatrice en 2009. Étant donné que la chambre 3 fut la première découverte en 1946 et qu’elle avait jusqu’alors été toujours la dernière à recevoir les multiples et patients travaux de conservation, Orea considéra qu’il fallait en fait commencer la conservation et réintégration des couleurs en commençant par cette chambre. Étant la pièce la plus petite des trois, la chambre allait donc servir de laboratoire grandeur nature de la stratégie à répéter dans les deux autres bien plus grandes. À titre d’informations, il s’agit quand même de remettre en état 250 m². 7 ans plus tard, le projet a enfin pu commencer.

En dégageant la couche de sels fixée sur la couche au moyen de bistouris et de spatules dentaires, les restaurateurs Paula García Reyes, Abril Buendia, Jorge Coraza et Constantino Armendáriz ont pu rendre clairement visible l’autosacrifice effectué par l’avant-dernier dirigeant de Bonampak Chaan Muan II, préalable à la bataille qui fut engagée contre la ville de Sak’ T’i’’ il y a plus de mille deux cents ans. On peut notamment les peintures représentent les escaliers  de la construction où elles mêmes se trouvent.

Retrait des sels couvrant les peintures murales de la Chambre 3, Structure 1, Bonampak, Chiapas.
Classique tardif.
Photo: Haydeé Orea / INAH.
Une très fine couche de sels est pourtant laissée sur les peintures afin de les protéger d’autres d’agressions naturelles. Certaines fissures et plusieurs déphasages ont été réintégrés, en de très rares cas au moyen d’aquarelle appliquée en tratteggio.

Mais leurs travaux reposent aussi sur une parfaite compréhension des travaux de  leurs prédécesseurs sur le site, notamment en ce qui concerne l’iconographie que les matériaux ou techniques utilisés pour élaborer ces peintures. Selon des études sur les pigments utilisés à Bonampak (Magaloni et alii, 1995), pas moins de vingt-huit teintes composent la gamme chromatique du bleu.

Pour en savoir plus sur cette information et pour redécouvrir une partie de la splendeur perdue de Bonampak, nous vous invitons à lire l’information directement publié sur le site de l’INAH, à jeter un oeil au diaporama qui accompagne ce bulletin et à la vidéo qui a été publié sur la chaîne INAHTV.



Références bibliographiques
Magaloni, D., Newman, R., Baños, L. & Falcon, T. (1996). Los pintores de Bonampak. In J. Macri, M. J. & McHargue, (eds.), Eighth Palenque Round Table, 1993, edited by pp. 159-168. San Francisco: Pre-Columbian Art Research Institute, [facsimile pdf] retrouvé de http://www.mesoweb.com/pari/publications/RT10/Pintores.pdf

Magaloni, D., Aguilar, M., & Castaño, V. (1990). Electron and Optical Microscopy of Prehispanic Mural Paintings. MRS Proceedings, 185. doi:10.1557/PROC-185-145.

Magaloni, D., Pancella, R., Fruh, Y., Cañetas, J., & Castaño, V. (1995). Studies on The Mayan Mortars Technique. MRS Proceedings, 352. doi:10.1557/PROC-352-483.

Magaloni, D., Newman, R., Balos, L, Castaño, V. M., Pancella, R. & Fruh, Y. (1995). An Analysis of Mayan Painting Techniques at Bonampak, Chiapas, Mexico. MRS Proceedings, 352. doi:10.1557/PROC-352-381.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…