Accéder au contenu principal

Billet 1480 - Sur les dimensions hors-normes d'El Mirador, Péten


La Foundation for Anthropological Research and Environmental Studies (FARES) est une association non gouvernementale qui a pour objectif la recherche scientifique sur les populations mayas actuelles et anciennes dans le Bassin de El Mirador, situé au nord du Guatemala près de la frontière mexicaine. Richard Hansen, archéologue de l’Université d’Utah, a dirigé un important travail de prospection aérienne au-dessus d’El Mirador.

L’utilisation de la technologie militaire LIDAR dont nous avons souvent rapporté les applications archéologiques au Mexique ou en Amérique centrale a un coût logistique et financier qui implique une coopération interinstitutionnelle de tout premier plan. Pour couvrir 1100 km², le coút s’est élevé à 380000 dollars (354 676 euros). Cependant les résultats préliminaires sont à la hauteur de l’investissement consenti. Le Bassin d’El Mirador nous avait déjà donné une idée du gigantisme des pyramides construites dans le royaume de Kan pendant le préclassique. Ce gigantisme ne sera d’ailleurs jamais égalé par les Mayas ou les autres peuples ayant vécu dans cette partie du monde.

Voici quelques chiffres concernant la pyramide La Danta, construite entre 300 avant et 100 après Jésus-Christ, qui donne tout simplement le vertige, tous communiqués par la FARES sur sa page Facebook (FLARES, 2016)
et que nous traduisons ci-dessous :
  • la plus haute pyramide de l’hémisphère occidental avec 72 m de hauteur,
  • 2800000 m³ de volume,
  • 185806 m² de surface,
  • 15000000 de journées de travail,
  • 12 hommes étaient pendant 17 minutes pour tirer les blocs atteignant 453 kilos,
  • 3 ans de stabilisation de la structure.

Outre l’immense surface à couvrir, les archéologues ont dû faire face à un problème plus naturel. Sise en plein coeur d’une forêt humide formées d’arbres aux feuilles non caduques, El Mirador ne se laisse pas scanner si facilement. Hansen et son équipe ont dû prendre leur mal en patience et attendre une fenêtre de sept jours pendant lesquels les feuilles des arbres tombent pour mettre en oeuvre leur plan.

Les premiers résultats sont franchement surprenants. El Mirador laisse sur le carreau bon nombre de ville européennes ou méditerranéennes en terme d’extension et d’organisation urbaine. Si les estimations d’Hansen sont correctes, El Mirador serait la plus ville de l’hémisphère occidentale la plus développée. El Mirador s’étend sur 2279 km², une population estimée à un million d’habitants. Les images LIDAR indiquent également la présence de nombreuses pyramides, terrases de cultures, des canaux et un réseau de dix-sept routes, long de 250 kilomètres. Pour Hansen, il ne fait aucun doute que les anciens Mayas auraient pu rivaliser avec les Romains et leurs longues viae. Certaines pouvaient atteindre 38 m de large, 6 m de haut et 40 kms de longueur ! Une gageure quand il s’agit d’estimer le capital humain et le temps nécessaire à leur construction. Hansen rappelle que les premières routes construites en El Mirador et Tindall ou El Mirador et Nakbe ont été entre 600 et 400 avant notre ère. D’autres sont plus récents, datés entre 300 avant notre ère et 100 après.

Le gigantisme des cités mayas du nord-Péten ont encore beaucoup à nous apprendre. Les découvertes d’Hansen confirme ce caractère jamais repris ou également par la suite par les Mayas. Ce gigantisme nous interpelle à plus d’un titre. Comment gérer une énorme main d’oeuvre dans un contexte aussi demandant? D’où furent extraits les matériaux utilisés pour le gros oeuvre et la finition ? Pour quelles raisons ce gigantisme disparaît au profit d’une urbanisation moins voyante ?


Bibliografía

Page internet de la FARES: http://www.fares-foundation.org/.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…