Accéder au contenu principal

Un contexte funéraire inédit découvert au Templo Mayor

Un des avantages à visiter des chantiers est de disposer d'informations qui ne sont pas encore publiées ou seulement commentées entre les spécialistes concernés. En juillet dernier, j'ai eu l'occasion, comme pratiquement chaque année, de faire un petit sur le terrain de jeu pour archéologues qu'est le Grand Temple de Mexico-Tenochtitlan. Je ne suis pas le premier ni le dernier à le faire. Parfois on peut ainsi bénéficier des précisions importantes apportées par les archéologues eux-mêmes.

Depuis l'année dernière la place Manuel Gamio abritera très prochainement un nouvel accès à la zone archéologique et au musée du site. C'est dans ce contexte qu'il y a quelques mois le PAU (Proyecto de Arqueología Mexicana) dirigé par Raúl Barrera Rodríguez avait mis au jour une structure arrondi (un des cinq cuauhxicalco) et une série de vingt et une pierre sculptées et incrustées dans un pavement datée de la phase V du centre cérémoniel.

Les fouilles de sauvetage se poursuivent au rythme de la construction de l’accès, qui ne peut-être que temporairement stoppé. Il y a quelques semaines, Rocio Morales et Perla Ruiz ont mis au jour un enterrement unique en son genre. Il s'agit de restes osseux d'une femme couché sur le côté. Comment sait-on qu'il s'agit d'une femme ? Les médecins légaux le déterminent par la forme de son crâne et de son pelvis. La nouveauté prend la forme de 1789 autres ossements humains disposés autour de cette femme.

Parmi eux trois crânes d'enfants et sept autres d'adultes donnent une première idée du nombre d'accompagnateurs de la défunte. Certaines vertèbres et fragments de sternums semblent présenter des traces de découpe. Cet ossuaire a été retrouvé à cinq mètres sous le niveau actuel du sol, sous des pierres de pavement appartenant à la Phase V du Templo Mayor, soit entre 1481 et 1486 de notre ère. Ses dimensions sont cependant très restreintes : 1,9 m de long sur 65 cm de large. Cependant les archéologues n'excluent pas que ces ossements aient été exhumés ailleurs avant d'être déposés autour de cette femme : fémurs et côtes étaient groupés en petits tas. Tous seront soumis à des analyses ostéologiques pour déterminer le nombre, le sexe, l'âge, les pathologies et les activités des individus présents dans cette offrande.

A quelques 35 cm à gauche du corps de la jeune femme, les fouilleurs ont retrouvé une petite structure large d'1,6 m de diamètre, stuquée et vide en son centre. Là reposait le tronc de chêne dont une première datation par le contexte remonte ver 1460 à 1469 de notre ère, soit la Phase IV de construction du Templo Mayor. Cet édicule est situé juste en face du cuauhxicalli que nous mentionnions plus haut et qui reprend différents éléments de la geste de Huitzilopochtli. Pour Barrera, il ne fait aucun doute que cet arbre fait référence à son parent mythique : dans les mythes mexica de création, quatre arbres soutenaient la voûte céleste et régulaient les flux d'énergie entre terre et ciel. Le tronc découvert mesure 2,20 m de long pour 40 cm de large. Autre détail intéressant, il est fendu en deux, ce qui pourrait faire référence à un autre mythe mésoaméricain très répandu : la rupture de l'arbre de Tamoanchan, l'arbre du paradis originel. L'archéologue Edgar Nebot García poursuit ses travaux pour déterminer la relation entre cet édicule et celui de Huitzilopochtli. Pendant ce temps, le tronc en bon état est soumis à un traitement de conservation afin d'éviter sa destruction par les insectes.

Pour en savoir plus sur cette découverte singulière, je vous invite à consulter le bulletin en espagnol sur le site de l'INAH. Vous y retrouverez aussi un diaporama des fouilles.

Une vidéo présente la nouvelle sur Youtube.




Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…