Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juillet, 2012

Du matériel lithique retrouvé à Campo Viejo, Veracruz

Des fouilles de sauvetages entreprises par l'INAH ont permis de découvrir des vestiges préhispaniques dans un terrain situé à Mahuixtlan, près de Coatepec dans l'état de Veracruz.
D'après les premiers éléments retrouvés par une équipe d'archéologues présente sur le site depuis sept mois, ils pourraient de vestiges probablement liés au site voisin de Campo Viejo situé à 4 km de distance. L'archéologue en charge du projet, Luis Espinoza García, a indiqué que ce site avait connu une occupation importante à la charnière entre Préclassique récent et Classique Ancien.
Les fouilles ont notamment révélé la présence de murs formés de pierrees taillés datant de l'époque ancienne de Campo Viejo, entre 100 avant notre ère et 200 après Jésus Christ. Il est probablement que l'unité qui s'est développée à Mahuixtlan soit en fait un satellite de Campo Viejo.
D'autre part une offrande comptant pas moins de 70 pièces en obsidienne et un fragment de pendant d'ore…

Raíces 62 - La folie chez les anciens Nahuas

Jaime Echeverría García est un invité au parcours polymorphe: il a étudié l'archéologie puis la psychologie avant de revenir à ses premières amours et de rédiger actuellement une thèse de doctorat à l'UNAM. Qui plus est, Jaime Echeverría s'est attelé à l'étude de thèmes qui seraient plutôt propres à l'anthropologie sociale: la peur, l'altérité et la folie sont en effet des domaines peu explorées, moins encore quand il s'agit d'un groupe préhispanique comme les Nahuas.

Voici donc le résultat de notre entretien, enregistré le 26 juillet dernier dans les studios de Radio UdeM, mixé par Sergio Becerra et présenté par votre serviteur. Voici le fichier disponible sur Soundcloud en format html5 et flash.



Raíces 62 - 28072012 by Mexique Ancien

La liste complète des programmes est disponible également sur notre page spéciale.


Vous pouvez consulter les références bibliographiques suivantes pour en savoir plus sur le thème d'aujourd'hui. Pensez à consulter…

Quelques outils basiques pour apprendre l'épigraphie maya

Profitons du calme régnant dans le milieu archéologique mésoaméricain pour approfondir nos connaissances. Lorsqu'il m'a fallu préparer mon cours sur les Mayas pour le Museo de Historia Mexicana de Monterrey, je devais trouver des dynamiques amusantes et accessibles à un public hétéroclite mais avide de connaissances.
Je ne suis pas à proprement parler un mayiste et encore moins un épigraphiste. En France, nous disposons d'excellents chercheurs dans ce domaine comme Ramzy Barrois. En Europe en général, nous disposons d'excellent spécialistes comme Erik Boot, Nikolaï Grube ou Sven Gronemeyer. De l'autre côté de l'océan, l'école américaine n'est pas en reste si on considère des personnalités comme Stephen Houston, David Stuart, Mark Van Stone et consorts. Même chose au Mexique où un chercheur comme Erik Velazquez fait figure d'autorité, tout comme Guillermo Kantun ou Manuel Chavez.
Pour en revenir à nos moutons, j'ai été confronté au besoin d'…

Rififi à l'INAH

Depuis quelques jours une (bonne) surprise attend les visiteurs du Museo Nacional de Antropología à Mexico. Différents syndicats de chercheurs et d'enseignants de l'INAH occupe l'entrée et les guichets du musée. Le visiteur (mexicain ou étranger) peut donc accéder gratuitement à toutes les salles du musée. Mieux encore: les archéologues, historiens et autres ingénieurs de recherche vous feront visiter gratuitement le musée. Imaginez-vous en train de visiter gratuitement le Louvre avec un titulaire de chaire d'histoire de l'art à la Sorbonne ! Bonus, certains livres publiés par l'INAH sont même offerts aux visiteurs ! 
Mais d'où vient cet élan de générosité ?
Sur Facebook, les comptes Académicos INAH et Investigadores INAH ont publié dans plusieurs langues (français, allemand, anglais, italien et espagnol) le texte qu'ils distribuent à l'entrée du MNA. Les personnes directement mis en cause par les manifestants sont le directeur de l'INAH, le D…

Sur le barrage maya de Tikal, Guatemala

Sur le site anglophone Phys.org on peut lire le résumé d'un article collectif intitulé "Water and Sustainable Land Use at the Ancient Tropical City of Tikal, Guatemala". Il est l'oeuvre d'une équipe d'archéologues de l'University of Cincinatti, de l'University of Texas at Austin et de l'Universidad de San Carlos au Guatemala. Parmi les auteurs on retrouve notamment Vernon Scarborough et Liwy Grazioso. L'article, déposé en février 2012 est disponible dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (payant comme trop souvent).

Après 40 ans d'absence, une équipe américano-guatémaltèque a été formée en 2009 pour développer un projet de fouilles sur le site maya de Tikal. Ce site qui a connu une occupation connue entre le Préclassique moyen et le Classique tardif a connu un développement urbanistique et démographique de première importance: on parle d'un territoire couvrant plus de 140 km2 et on estime que la population ait p…

Arqueología Mexicana 116

Dans ce billet, je vous propose de faire un petit tour de la revue de divulgation de l'INAH. Ce-mois c'est la grand-place de Mexico qui est mise à l'honneur. Le Zocalo de Mexico, appelé également Place de la Constitution est un espace politique, historique et social de premier ordre sur le continent amércain. Ce numéro est donc placé sous le signe de l'histoire et de l'évolution physique et symbolique du Zocalo.

Un premier exercice d'Eduardo Matos Moctezuma revient sur les différents monolithes qui furent retrouvés à cet endroit à travers le temps. Car l'archéologie montre qu'il n'y avait pas de monuments de taille importante à l'époque préhispanique.
Dans un article écrit à quatre mains avec Leonardo López Luján, Matos Moctezuma rapporte l'étrange destin de la Pierre peinte, un monument dûment peint et illustré par différents explorateurs et voyageurs. Les auteurs estiment pour leur part que son existence est plutôt une invention d'Is…

Raíces 61 - L'offrande 141 du Templo Mayor avec Alejandra Aguirre

Ce programme marque le début de la troisième saison de Raíces. Après quinze jours de vacances bien méritées, nous sommes de retour pour vous présenter l'anthropologie mexicaine avec ses chercheurs, étudiants, diffuseurs et divulgateurs. Cette semaine, j'ai voulu partager un petit souvenir de vacances: votre serviteur a pu voir l'offrande 141 du Templo Mayor de Tenochtitlan en compagnie d'une archéologue assignée précisément à son enregistrement: Alejandra Aguirre. Collaboratrice du Proyecto Templo Mayor dirigé par Leonardo López Luján, Alejandra prépare actuellement une thèse de doctorat en études mésoaméricaines à l'UNAM: elle étudie les couteaux de silex personnifiés et ornés appelés ixquauac.
Voici le podcast du programme 61, disponible sur Soundcloud.


Si vous souhaitez réentendre tous les épisodes de Raíces depuis le début, voici une liste de lecture disponible sur Divshare.

Nous avons enregistré cet entretien le 19 juillet dernier dans les studios de Radio Ud…

Un édifice funéraire retrouvé à Atzompa, Oaxaca

Les archéologues pensait jusqu'à présent qu'Atzompa était un petit site satellite de la grande Monte Alban. Force este de constater que ce statut a tendance à évoluer depuis quelques mois. En janvier dernier, nous rapportions la découverte d'un four pour céramiques, montrant la fonction principale de ce site. Déjà en 2009, la mise au jour de différents terrains de jeu de balle sur le site interrogeait les chercheurs.
La récente publication d'une note sur le site de l'INAH conforte ce questionnement plus qu'il ne le résout. Dans le cadre du projet dirigé par la Dr Nelly Robles, les archéologues Enrique García et Jaime Vera fouillent quelques temps l'édifice 6, situé sur la partie nord de la Place B. Ses dimensions atteignent 18,6 m de long pour 24,5 m de profondeur et 6,6 m de haut. Il est adossé à un autre édifice appelé Maison des Autels, très probablement, un résidence réservé à l'élite du site.

C'est en avril dernier que les chercheurs ont détec…

Une nouvelle pyramide découverte à El Zotz, Guatemala

Le portail scientifique anglophone Science Daily publie un billet sur les fouilles entreprises depuis 2009 par l'archéologue Stephen Houston et son équipe de la Brown University sur le site guatémaltèque d'El Zotz. La pyramide dite Temple du soleil nocturne fait l'objet de fouilles systématique depuis quelques années. Elle se trouve en haut d'un édifice d'importance : la Pyramide du Diable qui fut bâtie sur la tombe royale de Pa'Chan ("ciel fortifié").

Le Temple du Soleil nocturne semble avoir été érigé entre 350 et 400 de notre ère, soit le Classique moyen. Fouillé à 30 %, il a déjà révélé la présence de 8 masques de stuc hauts d' 1,50 m. Selon toute logique, il semblait y en avoir eu 14. Houston propose une hypothèse intéressante sur la présence de ses différents masques :

"Les stucs fournissent une vue sans précédent sur la façon dont les Mayas percevaient les cieux, pensaient le soleil et le soleil lui-même était greffé à l'identité …

Les restes d'un quartier tépanèque retrouvés à Azcapotzalco

Des fouilles de sauvetage archéologique entreprises sur l'avenue Aquilés Serdan, dans le quartier Azcapotzalco de la capitale mexicaine, ont permis de recueillir les restes d'une dizaine d'individus, en majorité des enfants, et de constructions. D'après les premières observations, il semblerait qu'il s'agisse des habitations d'une famille de commerçants (pochteca en nahuatl).

Azcapotzalco fut une importante cité de la vallée de Mexico pendant les XIII et XIVe siècle. Cette hégémonie prend fin en 1428 lors d’attaques combinées entreprises par les Huexotzincas, les Texcocas et les Mexicas qui font d’Azcapotzalco un centre secondaire, vassal de Tlacopan, une des villes de la Triple Alliance.

Sous la chapelle Saint Simon érigée par les Espagnols au moment de la conquête, se trouvait un temple indien. Les vestiges, datés d'environ 700 ans, faisaient probablement partie d'un centre civico-cérémoniel de certaine importance. Pour être plus précis, ce sont …

Un atelier de fabrication du cinabre retrouvé à Ranas, Querétaro

Des archéologues de l’INAH Querétaro travaillent actuellement sous la direction d’Alberto Herrera Muñoz sur le site de Ranas, situé sur le territoire de San Joaquin dans l’état de Querétaro. Ce site a connu une occupation continue entre 400 et 1200 de notre ère. Il avait des contacts réguliers avec Teotihuacan, mais également avec Tajín au Veracruz et Tula dans l’état d’Hidalgo.

Afficher Zones archéologiques présentées sur Mexique Ancien sur une carte plus grande
Ranas disposait d’un environnement aux ressources naturelles importantes. C’est notamment le sulfure de mercure, également appelé cinabre, qui constituait son fonds de commerce. En effet, on a retrouvé trace de cinabre originaire de Ranas sur certaines statuettes de Teotihuacan et dans de nombreux contextes funéraires mayas. Pour ne citer que l’un d’eux, le cinabre retrouvé dans les chambres mortuaires de la Reine rouge et de Pakal à Palenque est originaire de Ranas ! Cela en dit long sur les échanges commerciaux de l’époque…

Découverte d'une nouvelle occurence de la fermeture de baktun à la Corona

Le Projet Régional Archéologique La Corona (PRALC) est le fruit d'une collaboration entre le Middle American Research Institute, centre de recherche de l'Université de Tulane en Louisiane et celle de la Valle de Guatemala. Situé au coeur du Peten, dans la biosphère La Corona est également appelé site Q par Peter Mathews pour qué ? en espagnol, Sak Nikté en maya. Le site est connu depuis les années 1960 par un pillage systématique : une trentaine de panneaux portant le glyphe-emblème (ill. 1) de ce site sont actuellement éparpillés un peu partout dans le monde, en particulier au Peabody Museum d'Harvard. Voici une petite vidéo de présentation.



Placé sous la direction de Marcello Canutto, enseignant à l'Université de Tulane et Tomas Barrientos, archéologue à l'Universidad del Valle de Guatemala, le projet a déjà fait quelques révélations surprenantes. Son emplacement était stratégique : il était situé au centre des routes qui rejoignaient la côte du Golfe du Mexiq…