Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juillet, 2010

Les conférences d'août au Museo del Templo Mayor

Le site internet du Museo del Templo Mayor fait la promotion de 4 conférences ouvertes au grand public, en marge de l'exposition Moctezuma II: tiempo y destino de un gobernante.

Voici l'affiche du programme :


Les conférences ont lieu de 10 à 13 heures. L'accès aux conférences se fait par inscription sur internet. Etant donné que ses conférences sont proposées au grand public, ne vous attendez pas à de grandes révélations ou à des hypothèses détaillées. Il s'agira certainement de mettre en valeur le travail des archéologues de l'INAH depuis la découverte de Tlatecuhtli en 2006. 

Si vous êtes un peu curieux et que votre espagnol n'est pas mauvais, n'hésitez pas à vous inscrire. D'autre part, nous vous espérons vous proposer une vidéo slideshare avec quelques photos prises lors d'une récente visite.

Discutamos 72 - La idea de la muerte mexicana

Une des particularités de la culture est son rapport avec la mort. A la différence de notre conception européano-judéo-chrétienne, les Mexicains ont hérité d'une perception différente (préhispanique) de la mort qui s'est accomodé de l'évangélisation. Ce débat, modéré par Claudio Lomnitz, confronte les opinions de l'anthropologue Dora Sierra Carrillo, Juan Gregorio Regino et de l'archéologue Eduardo Matos Moctezuma. Il fut diffusé la première fois le 12 juillet 2010 sur CanalOnce IPN et rediffusé le 15 juillet 2010 sur TVUNAM.


On peut retenir la réflexion de Juan Gregorio Regino sur l'existence d'idéeS mexicaineS de la mort. Selon Matos Moctezuma, la Révolution mexicaine s'est tourné sur une vision aztécocentriste. Pour l'anthropologue Dora Sierra Carrillo, l'Indépendance mexicaine et la Révolution mexicaine sont des exemples du besoin de sauver le passé glorieux préhispanique mais d'ignorer le présent préoccupant, comme le fait également Por…

Exposition La Ventilla, un barrio antiguo de la ciudad de Teotihuacan

Alors que l'exposition Teotihuacan, ciudad de los dioses continue son petit tour du monde, les responsables de l'INAH et de la zone archéologique de Teotihuacan ont décidé de proposer une exposition plus réduite en nombre de pièces mais pas en ce qui concerne sa qualité et son intérêt.

La Ventilla est un ancien quartier d'artisans situé au sud ouest de la zone archéologique de Teotihuacan. Son occupation remonte à 200 après Jésus Christ et se termina apparemment vers 650, probablement lors de troubles et d'incendies qui ravagèrent toute la cité. Ses habitants travaillaient la pierre, les plumes et les coquillages.

Depuis 1992, la Ventilla est régulièrement fouillée et a permis de retrouver une quantité d'objets et de peintures murales non négligeables. Parmi les objets exposés on compte des encensoirs, des caissettes, des boîtes et des figurines en céramique, des pierres vertes et des accessoires en nacre. D'autre part des reproductions des peintures murales, …

Arqueologia Mexicana n°104

Parler de sexualité d'un point de vue purement anthropologique peut paraître une gageure. Les préjugés liés à la sexualité demeurent tenaces : en témoigne la vente de ce numéro d'Arqueologia Mexicana au milieu d'autres revues de charmes dans les kiosques du DF. Parler de la sexualité en Mésoamérique avant l'arrivée des Espagnols pose naturellement la question de l'objectivité des sources espagnoles qui en parlent dans les premières années de la Conquête, surtout quand la majorité des textes dont nous disposons a été rédigée par des religieux.

Dans ce nouveau numéro d'Arqueologia Mexicana, les différents chercheurs ont tenté de remettre à plat nos connaissances sur ce sujet, en le traitant de manière objective. Il faut dire qu'il y a quelques temps, un colloque avait déjà été organisé sur le sujet. Notre vision des anciens peuples mésoaméricains est donc biaisée et remplie de préjugés.

Ce qui frappe à la lecture de ce magazine, c'est l'existence de d…

Découverte d'une tombe royale à El Zotz, Petén, Guatemala

L'archéologue et épigraphe de l'université d'Austin, David Stuart propose une petite note sur une découverte récemment faite sur le site guatémaltèque d'El Zotz. Il cite un article d'un journal en ligne, Prensalibre, qui donne de nombreux détails sur cet événement.
Une équipe d'archéologues américains et guatémaltèques dirigée par les archéologues Stephen Houston (Brown University) et Edwin Roman (University of Texas, Austin) aurait mise au jour une tombe royale.

Situé à une vingtaine de kilomètres de Tikal, dans la région du Petén, au Guatemala, El Zotz n'en était pas pour autant une allié. Au contraire, les études épigraphiques laisserait plutôt penser qu'elle était soumise à El Peru, site tributaire de Calakmul, l'ennemi de Tikal. D'ailleurs, selon les mêmes données, El Zotz (La chauve-souris) s'appelait alors Pa'chan (Ciel fortifié). Il semblerait aussi qu'elle partageait le glyphe-emblème de Yaxchilan, dans l'actuel état du…

La théorie du mille-feuilles : le cas de Bellas Artes

Pas de recette pour amateurs d'anthropophagie aujourd'hui. Il s'agirait plutôt de parler de techniques archéologiques et de leurs résultats. Le mille-feuilles est évidemment une métaphore pour désigner ce qu'on appelle stratigraphie. J'ai beaucoup aimé cette photo proposée dernièrement sur le site de l'INAH : elle constitue un excellent exemple de stratigraphie.

Stratigraphie des fouilles du Palacio de Bellas Artes. Photo disponible le 20 juillet 2010 sur http://bit.ly/bJkA5B .
Si l'analyse stratigraphique est une technique basique et ancienne de l'archéologie, elle n'a été introduite au Mexique que lors de fouilles dirigées par Manuel Gamio à Azcapotzalco vers 1908.

C'est grâce à la stratigraphie qu'on peut notamment dater différentes couches sédimentaires. Dans le cas qui nous intéresse aujourd'hui, la stratigraphie nous permet de comprendre les différents phases d'occupation des environs du Palacio de Bellas Artes, tout près du cen…

Découverte d'un four préhispanique à El Teúl, Zacatecas

Le site archéologique d'El Teúl n'est pas très connu. Situé dans l'état de Zacatecas dans le nord du Mexique, il sera prochainement ouvert au public. L'archéologue Peter Jiménez, codirecteur del Proyecto Arqueológico del Cerro de El Teúl avec Laura Solar, a récemment présenté au public l'avancée des fouilles.

Afficher Zones archéologiques présentées sur Mexique Ancien sur une carte plus grande
El Teúl, dont la superficie atteignait 150 hectares, se caractérise par une occupation continue depuis 200 avant notre ère jusqu'à 1500, trois fois plus que les sites d'Alta Vista ou La Quemada, situés également dans l'état de Zacatecas. Le site aurait été un centre religieux important des Caxcanes, une ethnie qui combattit les Espagnols au milieu du 16è siècle. Lors de la première campagne de fouilles, les découvertes ont été nombreuses.

Jiménez a notamment insisté sur l'existence d'un four en pierre, daté de l'époque précolombienne, certainement le …

Le patrimoine archéologique intact après le passage d'Alex

Les sites archéologiques et historiques du Nuevo Leon et du Coahuila en ont vu d'autres... La tempête tropicale Alex qui a récemment frappé le nord-est du Mexique en détruisant bon nombre d'infrastructures modernes et en tuant plus d'une vingtaine de personnes, a provoqué des dégâts plus limités.


A Monterrey, l'ancien palais de l'êvéché est intact. L'ancien Palacio de Gobierno de l'état a connu des infiltrations au niveau du toit, suites aux précipitations longues et soutenues. L'ancien palais municipal qui abrite les archives de la ville de Monterrey en a été quitte pour quelques trous dûs à une mauvaise imperméabilisation de son toit.

Le site d'art rupestre de Boca de Potrerillos, situé dans l'arrondissement de Mina, n'a connu aucun éboulement. Le site au plus de 10000 pétroglyphes et futur candidat au Patrimoine mondial de l'humanité a cependant vu sa voie d'accès coupée sur une dizaine de mètres. Des réparations seront prochainem…

Mémoire du Colloque Antropología e historia de Tlaxcala

Un de nos lecteurs, Ch'ti Marseillais pour le nommer, nous a aimablement envoyé un lien vers une page très intéressante de l'INAH à côté de laquelle nous étions complètement passés.

Il s'agit du mémoires d'un colloque organisé en novembre 2009 par l'INAH-Tlaxcala et intitulé Antropología e historia de Tlaxcala. Or voici que l'INAH a décidé de proposer gratuitement les interventions réalisées sous forme de fichiers pdf téléchargeables gratuitement en cliquant sur le titre de cette note ou ici.
IntroducciónLa zooarqueología en TlaxcalaArte Rupestre en TotolacReutilización de espaciosBasureros y fogonesLa ConquistaLienzos sagrados de Xuá Pozu GuiMonumentos religiososLa Iglesia de La AsunciónLos Códices de TlaxcalaTlaxcala en 1910Andrés Angulo y la Unión de VeteranosCosmovisión, ordenación territorial y ritual Comme vous le verrez, il y en a pour tous les goûts : histoire, ethnohistoire, archéologie, histoire de l'archéologie...

Bonne lecture et merci encore à C…

Visite virtuelle de la zone archéologique de Tlatelolco

Voici un hyperlien que l'INAH propose pour ceux qui n'ont pas eu la chance de visiter l'ancien centre cérémoniel de Tlatelolco, à quelques kilomètres de celui de Mexico-Tenochtitlan. Comme d'habitude la réalisation de cette visite est intéressante. Les photos sont de bonne résolution. Il manquerait peut-être la possibilité de pouvoir zoomer sur telle ou telle partie d'un édifice, pouvoir télécharger gratuitement certaines documentations complémentaires pour mieux comprendre l'importance de Tlatelolco, mais ce site donnera envie de visiter réellement la zone archéologique


Tlatelolco est un lieu qui a connu de grandes tragédies, à partir de la Conquête espagnole. En 1968, sur la place des Trois cultures qui fait allusion au métissage des cultures espagnoles et mexicas, a eu lieu un massacre d'étudiants qui manifestaient alors pour demander des changements profonds dans la société et la politique mexicaines. Le président Diaz Ordaz, issu du Parti Révolutionnair…

Une stèle de Tonina bientôt complète au MNA

Dans une note disponible sur le site de l'INAH (cliquez sur le titre pour la lire en espagnol), on apprend que la stèle nommée "Seigneurs divins de Tonina créant l'univers" et présente dans la salle Maya du Museo Nacional de Antropología sera bientót présentée au public dans son intégralité.

Découverte en 2002, lors de fouilles dans le Palacio Witz de Toniná, cette stèle, ou Monument 172, a une histoire particulière. Mesurant 137 cm de long pour 49,5 cm de large, elle comporte des glyphes qui ont permis de la dater au 28 octobre 727 après Jésus Christ, au Classique récent. Chose curieuse, la stèle avait arraché au Palais des Coquillages et  réutilisée comme linteau au XVe siècle par les Tzetzal qui avaient réoccupé l'acropole de Tonina. Sculptée dans un bloc de calcaire, elle ne put résister à la pression et fut ensevelie, avant d'être retrouvée 600 ans plus tard, rompue en trente-sept fragments.


Ill. 1 : Monument 127, Tonina, Maya, Classique récent. MNA, Mexic…