Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du avril, 2008

Un petit coup de gueule...

Arqueologia Mexicana vient de sortir un hors-série sur Chichen Itza. On peut se dire, comme tout étudiant-chercheur qui aime ce site archéologique, qu'on va apprendre et voir de nouvelles choses, surtout qu'on le présente comme un guide visuel. En plus, c'est el Dia del Niño en ce 30 avril. Comme je suis un grand enfant, j'avais décidé de me faire un petit plaisir.Hélas ! Quelle déception ! Ce numéro est tout simplement un attrape-con. Les textes signés par Peter Schmitt, ancien directeur du projet Chichen Itza, sont en fait une compilation de ses articles publiés pour Arqueologia Mexicana entre 1994 et 2005... Les photos proposées elles aussi datent. Les zooms à l'extrême sur les travaux de Proskouriakoff les rendent flous et peu lisibles, un comble. L'architecture monumentale, on en bouffe par tous les côtés. Quant aux détails sur les céramiques et les peintures murales ou les reliefs, on reste sur sa faim.Autant dire, rien de neuf à l'horizon, ni de rie…

Exposition à Chicago

Un petit post pour signaler la tenue d'une exposition intitulée "Le monde aztèque" au Fieldmuseum de Chicago. Cette exposition temporaire se tiendra du 31 octobre 2008 au 19 avril 2009.
Les aspects abordés par cette exposition seront : la vie quotidienne, les divinités, les temples, les autels sacrificiels, l'entraînement, les armes et les fêtes des guerriers aztèques, les privilèges et les trésors des dirigeants, l'extension et la chute de l'Empire Aztèque.
A la limite, j'irai bien faire un tour là-bas pendant les prochaines vacances de Pâques. Mais comme il y a une conférence à Paris cet hiver et le Congrès des Américanistes à Mexico l'année prochaine, il faudra établir des priorités.

Réouverture imminente de la zone archéologique de Cacaxtla

Presqu'un an après le violent orage de grêle qui avait détruit une partie recouvrant l'acropole de Cacaxtla, Tlax., l'INAH a annoncé la réouverture à tous (public et chercheurs) de la zone archéologique.
Ce ne sont pas moins de 50 tonnes de ferrailles qui ont été déplacées. Un nouveau toit prenant en compte un meilleur écoulement des eaux de pluie et la force des giboulées connues par le site l'année passée a été installé.
L'INAH souligne que les peintures murales, tous les éléments en bois, les stucs sur les sols avaient été préalablement "emballés". Au moment de quitter les plastiques les recouvrant, les archéologues et restaurateurs ont scrupuleusement fait attention aux peintures, en raison du micro-climat créé par la pose de ses "emballages". Ces chercheurs effectueront un travail de monitoring et empêchera la vue des peintures de la Bataille, du Temple rouge et du Temple de Vénus jusqu'à la stabilisation complète de l'état de ces pe…

13ème Congrès Européen des Mayanistes

Ce congrès international aura lieu cette année à Paris, dans les murs du Musée du Quai Branly. Il disposera d'un atelier d'épigraphie maya (1-4 décembre) et d'un symposium (5 et 6 décembre). Il sera organisé par P. Nondédéo, Ramzy Barrois et Dominique Michelet entre autres. A vos plumes car la convocation pour les participations a été lancée...

Nouvelles fouilles à Teotihuacan

Une équipe d'archéologues entend commencer de nouvelles afin de démontrer la présence de populations oaxaqueñas sur le site archéologique de Teotihuacan. C'est ce qu'annonce le portail d'informations de l'INAH. Les fouilles commencent ce mois d'avril et dureront jusqu'en décembre. Elles auront lieu dans le Quartier dit "Oaxaqueño". Les archéologues devront faire un travail préliminaire de surface sur environ 4000 m2.

Vers une nouvelle loi sur l'exploitation des zones archéologiques

Dans ce petit article de la Jornada, à prendre donc avec des pincettes tant pour ses idées marxistes que pour sa capacité récurrente à déformer les propos des archéologues ou à les amplifier, on apprend que des travailleurs entendent faire pression sur les dirigeants de la SEP afin de limiter l'utilisation des sites archéologiques à des fins commerciales.
Ils mettent en cause la multiplication des spectacles et autres manifestations de tout poil qui mettent le patrimoine archéologique en danger en multipliant les visiteurs sur les sites. L'idée est bonne mais l'état mexicain sera-t-il prêt à tuer la poule aux oeufs d'or ? A un moment où le Mexique perd ses rentrées pétrolières, le tourisme semble être la seule véritable ressources à l'entrée de devises et donc de revenus pour le gouvernement.

A suivre...